Le président de Huawei exhorte les États-Unis à retirer l’entreprise de sa liste noire

La situation de Huawei aux États-Unis semble un peu flou depuis que Donald Trump a permis quelque chose sans précision vraiment certaines.

En mai dernier, l’Administration Trump a ajouté l’équipementier chinois à sa “Entity List”, un liste d’entreprises qui a banni Huawei de l’utilisation des technologies américaines sur ces nouveaux équipements.

Depuis lors, la situation s’est rapidement dégradée pour le constructeur chinois jusqu’à ce que le président Américain, lors du sommet G20, tenu à Osaka au Japon, décide de lever partiellement la sanction en permettant aux entreprises américaines de ventre des « équipements qui ne posent pas de grand problème de sécurité nationale »

Pour Huawei, bien que le président Trump ait décidé d’assouplir les restrictions sur les ventes de la société, aucun progrès n’a été enregistré concernant cette décision, a déclaré hier Liang Hua, président de Huawei, lors d’une conférence de presse.

Le soulagement ne suffit pas

Levé partiellement les sanctions sur le constructeur chinois ne suffit pas, a déclaré Liang Hua. Washington devrait retirer Huawei de la soi-disant “Entity List” du département du Commerce qui empêche la société de collaborer librement avec les sociétés américaines.

Le secrétaire américain du Commerce, Wilbur Ross, a annoncé mardi dernier que le gouvernement américain allait délivrer des licences pour certains produits Huawei, mais aucune précision n’a été donnée sur la prise effective de cette mesure.

Pour le moment, après la déclaration de Trump lors du sommet G20, Huawei attend toujours d’être rassuré de continuer à entretenir des relations commerciales avec les entreprises américaines notamment avec Google dans le cas de l’utilisation du système Android et les services propriétaires de celui-ci.

Partagez ceci
Suivez-nous sur Facebook

Dernières actualités